possession réduite dans le cadre une démarche minimaliste

Sommaire

Facebook
Twitter (X)
LinkedIn
Pinterest

Qu’est-ce que le minimalisme ?

Peu le savent, mais le minimalisme est d’abord un courant pictural de l’art contemporain, né aux États-Unis dans les années soixante. En s’appropriant la maxime Less is more, il pose en principe fondamental que l’amélioration d’une œuvre d’art passe par un processus de soustraction plutôt que d’ajout.

Il sera ensuite transposé dans de nombreux domaines : la musique, le design, l’architecture… pour finalement devenir une philosophie de vie que l’on pourrait également appeler « simplicité volontaire« .

Mais ce n’est que récemment qu’il a été propulsé sur le devant de la scène en réaction aux dérives de la société de consommation et grâce à internet. Il est alors devenu la philosophie de vie de nombreuses personnes.

Comme toute discipline, le minimalisme est sujet à interprétation personnelle. De fait, différentes approches sont apparues, de la plus amateur à la plus zélée, entraînant dans leur sillage l’écriture de blogs, livres et magazines, ainsi que l’apparition de chaînes YouTube, de coaches, voire même de gourous ! Vous n’y avez donc, a priori, pas échappé.

Le minimalisme : des principes, pas des dogmes !

Si le minimalisme vous rebute ou vous fait peur, c’est sûrement que vous avez été confronté à une de ces composantes extrêmes. Rassurez-vous, le minimalisme est une question finalement très personnelle et rien ne vous force à l’excès.

Ainsi, dans notre approche du design des espaces, il n’est pas question d’en appliquer les principes jusqu’au vide absolu, ou jusqu’au dénuement total. Non, dans une tiny house il est bien sûr possible de s’entourer de quelques objets « sans fonction » (nous ne dirons pas inutiles !) Cependant, son espace réduit va tout naturellement nous conduire à mener une réflexion profonde sur la pertinence de nos possessions, de l’agencement, des espaces et de leurs fonctions.

Loin d’un minimalisme ascétique, ce que l’on recherche, c’est donc le bon équilibre, le juste dosage des choses. À l’image de cet adage cher aux minimalistes : N’ayez rien dans vos maisons que vous ne sachiez utile ou trouviez beau.

Du rêve de vivre dans une tiny house à la concrétisation du projet, dans la plupart des cas, un délai de 6 mois est nécessaire. Emprunts bancaires, élaboration du projet, dispositions légales, temps de conception et de construction : avancez les échéances en commençant dès maintenant ! Avec les informations indispensables, vous prenez un temps d’avance. –> Contactez-nous

Point de vue pratique : comment devenir minimaliste sans se faire de mal ?

D’un point de vue pratique il est important de commencer par lister vos possessions indispensables (vêtement, ustensiles de cuisine, réserve de nourriture, mobilier, produit d’entretien…) ainsi que les fonctions que devra assurer le logement (se chauffer, s’éclairer, produire son énergie, laver son linge, mais aussi voir l’extérieur, accueillir des amis, etc.). Pour bien délimiter le projet dans son ensemble, il sera aussi nécessaire de savoir combien de personnes devra accueillir la maison (un couple, un couple avec enfant, un couple avec beaucoup d’amis…) et combien de temps (habitat principal ou de vacances).

Tout ceci va se traduira ensuite sur les plans, les équipements et l’agencement de votre projet. Nous essaierons de donner plusieurs fonctions à différents éléments. Pourquoi un lave-main dans la salle de bain quand on peut se brosser les dents dans la cuisine, par exemple ? L’escalier peut-il servir de rangement ? La banquette du salon peut-elle être utilisée en couchage d’appoint ?

Mais le plus gros travail sera un travail de tri et de compromis. À partir de la liste de vos possessions indispensables, il faudra raffiner, écrémer, rationaliser au maximum et faire preuve d’ingéniosité et de débrouillardise, voire de compromis. Au besoin, on disposera le tout au sol devant soi avant de se poser les questions suivantes à propos de chaque objet : est-ce indispensable ? Cet objet a-t-il une très forte valeur sentimentale ? Et, si j’essayais de vivre sans pendant une semaine, puis un mois ? Avec quoi pourrait-il être redondant ?

Un esprit simple dans une maison simple

En réalité, adopter le minimalisme c’est un peu comme se mettre au sport : la technique est importante, certes, et peut faire une petite différence, mais le principal et le plus dur reste de s’y mettre et de s’y tenir !

Finalement le minimalisme n’est pas plus qu’un outil, une démarche et le plus important semble d’avoir la volonté et d’adopter le bon état d’esprit.