photo de détail d'une toiture en bac aluminium à joint debout rouge

Sommaire

Facebook
Twitter (X)
LinkedIn
Pinterest

Si la couverture à joint debout a longtemps été réservée et associée aux immeubles haussmanniens, elle connaît depuis le début des années 1980 un regain d’intérêt. Et pour cause, son aspect général constitué d’une surface lisse, sans fixations visibles, rythmé par des lignes tendues, mais aussi sa faculté de retenir la lumière et de présenter un aspect changeant en fonction de la position du soleil en font un matériau particulièrement graphique.

Photo d'une toiture de tiny house réalisée en joint debout
Le joint debout, une esthétique sobre et moderne

Que vous souhaitiez réaliser votre tiny house en autoconstruction ou en confier la fabrication à un constructeur professionnel, la question de la couverture viendra assez tôt sur la table. Élément crucial s’il en est puisqu’il en va, à la fois de la pérennité, de l’esthétique et du poids final de votre petite maison mobile.

Chez Plume, nous avons choisi de réaliser nos couvertures en aluminium laqué avec une pose à joint debout. C’est pourquoi, même si le bac acier représente 80 % des couvertures de tiny houses, nous axerons principalement notre article sur les avantages de la pose à joints debout de bacs aluminium. Néanmoins, la confrontation de ces deux systèmes nous permettra, nous l’espérons, de vous fournir des éléments clairs et concrets. Et grâce à ces éléments, vous devriez être en mesure de faire votre choix, que vous décidiez d’entreprendre la fabrication vous-même ou de la confier à un fabricant.

Qu’est ce que le système de couverture en bacs acier ?

Véritable amélioration des tôles ondulées galvanisées si représentatives de nos paysages agricoles alpins, ce que l’on entend par bac acier, ce sont des tôles en acier laqué de 0,63 ou 0,75 mm. Ces tôles possèdent un profil en trapèze leur permettant d’assurer une certaine rigidité et donc d’être autoportantes entre deux appuis. Le recouvrement des différentes tôles se fait sur une onde afin de garantir l’étanchéité du raccord. Les tôles sont fixées aux liteaux via des vis autoforeuses surmontées d’une tête hexagonale et d’un joint EPDM intégré leur permettant d’assurer l’étanchéité au niveau de la fixation les fixations restant visibles. Chez Bacacier comme chez Arcelor Mital (les deux principaux fournisseurs), différentes couleurs de laquage appartenant au nuancier de couleurs standardisées RAL sont au catalogue. Rapprochez-vous de votre constructeur ou de votre fournisseur pour savoir ce qui est disponible, à quel tarif et sous quel délai.

Qu’est-ce qu’une couverture en aluminium à joints debout ?

Bien qu’appartenant à la même famille des couvertures métalliques, l’aluminium se distingue de l’acier par différents aspects. Premièrement, s’agissant d’un matériau non-ferreux, il n’est pas sujet à la rouille et présente ainsi une pérennité intrinsèque bien supérieure. Côté assemblage, la technique dite du “joint debout” consiste en un sertissage sur toute leur longueur de feuilles de tôles préalablement solidarisées à la toiture par des pattes en acier inoxydable. Cela forme un pli (le joint debout) qui assure une étanchéité absolument parfaite du raccord.

Photo d'un pli de joint debout en train d'être fermé
Fermeture du joint par double agrafure sur bac alu à joints debout
Schéma de principe explication joint debout
Schéma de mise ne oeuvre de l’agrafure sur bac alu à joints debout

Ces bacs sontréalisés sur-mesure en usine et la qualité est telle que notre fournisseur offre une garantie de 40 ans sur le matériau et la couleur. En revanche, et contrairement aux bacs en acier, ils ne sont pas autoporteurs et nécessitent d’être posés sur un support (un ensemble de voliges la plupart du temps). Côté aspect, de nombreux coloris sont disponibles. Il existe même des coloris texturés spécifiques chez le fabricant que nous avons choisi.

différentes couleurs de couverture aluminium pour tiny house
Des couleurs et matières modernes ou traditionnelles

Quels sont les avantages du bac aluminium à joint debout ?

La durée de vie

Les bacs étant en aluminium, ils ne rouillent pas et ne sont donc pas sujet à cette dégradation à l’œuvre sur des systèmes en aciers classiques. Par ailleurs, les fixations sont invisibles puisque disposées sous les bacs, les raccords entre eux étant alors réalisés via un système de sertissage. Cette étanchéité 100% sûre confère une durée de vie extrêmement importante à ce type de couverture. De plus, la qualité du matériau et du laquage permet de faire face à tous les aléas météorologiques (tempête, grêle, pluie, UV, neige, froid, forte chaleur) avec sérénité.

Photo de la couverture d'une tiny house exposée aux intempéries
Couverture en aluminium à joints debout exposée aux intempéries

L’esthétique

Pas de vis apparentes, des “nervures” d’une hauteur de 25 mm, la pose à joint debout reprend l’esthétique des toitures en zinc et leur côté élégant et intemporel tout en leur apportant une gamme de coloris variée. Elle reprend donc cet aspect sobre, qualitatif et épuré des couvertures traditionnelles en les modernisant au passage. Un paris gagnant qui permet de faire perdurer une technique traditionnelle et éprouvée en la maintenant au goût du jour.

Des pentes de toit très faibles

La méthode d’assemblage par double sertissage est tellement fiable et qualitative qu’elle permet à ce système de couverture de proposer des pentes très faibles. Sur les pentes les plus faibles, un mastic d’étanchéité est déposé dans le fond du joint avant sertissage. Ce dernier assure une barrière infranchissable à l’eau et prévient ainsi toute infiltration d’eau notamment par capillarité.

La gestion des détails

La pose du joint debout étant la directe héritière du savoir faire des couvreur-zingueurs, elle fait naturellement appel aux mêmes techniques de pliage, d’agrafage et de cintrage. Ces techniques anciennes et éprouvées vont permettre de s’adapter au mieux à tous les détails que l’on pourra rencontrer sur une toiture. Ainsi, fenêtres de toit, conduits de fumée, arêtiers et noues seront bien mieux gérés avec cette technique qu’en bac acier où il sera nécessaire de faire appel à des éléments en plomb ou en EPDM pour venir faire les habillage nécessaires et souvent disgracieux.

Photo d'un détail de couverture aluminium
Détail d’une agrafure sur bac aluminium texturé
Photo d'un abergement de velux d'une tiny house
Détail du traitement d’un abergement de Velux sur une tiny house Plume
Photo de détail d'une étanchéité de velux sur une tiny house
Détail du traitement d’un abergement de Velux sur une tiny house Plume

Quid du poids par rapport au bacacier ?

Ce qui frappe lorsqu’on pose des bacs en aluminium, c’est la légèreté de ce matériau. Lorsqu’une extrême vigilance est de mise avec le bac acier (lourd, coupant/perforant et donc extrêmement dangereux en cas de chute), il est tout à fait possible de monter à l’échelle avec trois bacs aluminium de 2,50 m sur l’épaule. La raison en est simple : les deux systèmes présentent une épaisseur quasi équivalent (0,63 mm pour l’acier contre 0,7 mm pour l’aluminium) mais une densité nettement différente (7,8 kg/m² pour l’acier contre 2,7 kg/m² pour l’aluminium). L’aluminium jouit donc d’une masse ne représentant qu’un tiers de celle de l’acier.

Ceci étant dit et comme nous l’avons vu précédemment, les bacs en acier ne sont pas autoporteurs et nécessitent la pose d’un voligeage en Épicéa en dessous afin d’en assurer le maintient structurel là où un simple jeu de liteaux/contre liteaux espacés de 60 cm sera suffisant lorsqu’on aura choisi l’acier. Et c’est, bien évidemment, le système dans son ensemble qu’il faut considérer pour évaluer l’impact de l’un et de l’autre en terme de poids sur votre projet de tiny house. En effet, lorsqu’on additionne tous les matériaux constituant la couverture, on trouve que le système en bac aluminium est légèrement plus lourd que son homologue ferreux : environ 2 kg supplémentaires par mètre carré de toiture.

Ce n’est pas négligeable puisque, sur une tiny house de 6,00 m, cela représente un peu plus de 30 kg supplémentaires. Il y aura donc un véritable arbitrage à opérer sur le choix du système de couverture en fonction des objectifs principaux de votre projet !

Conclusion

Chez Plume, la conclusion est simple : les avantages du bac acier par rapport aux bacs aluminium à joints debout sont le prix, la facilité de pose (autoconstruction) et le poids. La technique du bac acier a donc pleinement le mérite d’exister et s’avère pour certains budgets et certains projets la solution idéale. Malgré tout, notre choix s’est porté sur l’aluminium car, dès lors que l’on cherche la solution optimale tant en terme de pérennité que d’esthétique, la technique du joint debout se positionne tout en haut du podium des solutions de couverture métallique. Même si, pour cela, on doit consacrer un budget plus élevé et sacrifier quelques kilos.